Home » art contemporain » L’effeuillage de Frédérique Lucien à Paris

L’effeuillage de Frédérique Lucien à Paris

« Je ne dessine pas sur le papier mais dans le papier », précise Frédérique Lucien (« Connaissance des Arts » n° 744, pp. 60-65) lors des prémices de son actuelle exposition à la galerie Fournier, où elle a recours à la découpe et à l’élaboration de trames géométriques et colorées. Depuis les années 1990, le travail de Frédérique Lucien se construit à partir d’un vocabulaire de formes et de motifs liés au végétal, au minéral, à l’organique et au corps humain. Amorcée en 2012, la série des Feuiller conjugue le dessin et l’observation des motifs végétaux, qui deviennent la base d’une réflexion vers l’abstraction. Leur titre se réfère à la fois à la feuille de papier en tant que support mais aussi à la feuille organique. Le répertoire des Feuiller est constitué de formes découpées, simples ou juxtaposées, vides ou pleines. La découpe de motifs abstraits d’origine organique et végétale se superpose sur des trames régulières, répétitives, géométriques ou aléatoires. Si le vocabulaire de Frédérique Lucien est immédiatement reconnaissable, cette série (à partir de 1200 €) renouvelle radicalement son rapport à la couleur avec un aspect plus gestuel, presque expressionniste. Pour cette exposition, l’artiste a conçu une présentation spécifique sur le grand mur de la verrière de la galerie, mêlant différents formats comme le faisait Matisse dans son atelier, où les compositions découpées créaient un environnement sans cesse repensé. À cette occasion, un livre d’artiste est édité à trois cents exemplaires comprenant trente tirages de tête avec une œuvre originale.

Cet article L’effeuillage de Frédérique Lucien à Paris est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Source : https://www.connaissancedesarts.com/art-contemporain/leffeuillage-de-frederique-lucien-paris-11108256/