Fruit de sa thèse de doctorat, cet ouvrage d’Agnès Penot fait le point sur la galerie française et l’éditeur d’estampes que fut la maison Goupil, installée à Paris en 1829 et active jusqu’en 1921 sous le nom de Boussod, Valadon et Cie. Défendant l’œuvre des peintres Paul Delaroche, Horace Vernet et Jean-Léon Gérôme, elle ouvrit des succursales à New York, Londres, Berlin, La Haye et Bruxelles. Son idée géniale fut d’investir parallèlement dans les nouvelles techniques de reproduction comme la photographie, à partir de 1853, et la photogravure, en 1873. Au gré des pages apparaissent la question du droit de reproduction, des stratégies commerciales, des accrochages inspirés du Salon carré du Louvre… L’un des chapitres les plus originaux concerne les essais difficiles des Américains Eakins et Bridgman pour pénétrer le marché français. Les collectionneurs américains, eux, affichent une véritable « tableaumanie » envers l’art français, une passion que la maison Goupil sut amplement satisfaire.

Cet article Idée lecture : Goupil, le marchand rusé est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Source : https://www.connaissancedesarts.com/photographie/idee-lecture-goupil-le-marchand-ruse-1194965/

Idée lecture : Goupil, le marchand rusé