Home » Exposition » #CultureChezNous Monet et Degas dans votre salon avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie

#CultureChezNous Monet et Degas dans votre salon avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie

Après le Louvre, le Centre Pompidou et bien d’autres institutions à travers la France, c’est au tour du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie de se lancer dans l’opération #CultureChezNous lancée par le ministère de la Culture. Les deux institutions dévoilent leur catalogue de contenus et d’activités numériques à destination des confinés, grands ou petits, en mal de culture.

Explorez les collections autrement

« Orsay en mouvement » : les grands mouvements artistiques racontés par les œuvres 

Sur sa chaîne Youtube, le musée d’Orsay propose une série de vidéos intitulée « Orsay en mouvement » pour découvrir les courants artistiques représentés dans ses collections. Chaque épisode aborde un courant et nous plonge dans l’époque, les questionnements des artistes et l’évolution des goûts et des moeurs. Des explications concises permettent de caractériser clairement chaque courant : l’Académisme, le Réalisme, l’Orientalisme, l’Impressionnisme, le Symbolisme, et bien d’autres. De quoi devenir en peu de temps une pointure sur cette époque si prolifique !

Regards contemporains sur les collections

Toujours sur sa chaîne Youtube, le musée d’Orsay propose « Une œuvre, un regard », une collection de vidéos pour découvrir le regard que portent des personnalités contemporaines (artistes, musiciens, designers, scientifiques, philosophes, etc.) sur les collections du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie. Yan Pei-Ming nous livre son interprétation de l’Enterrement à Ornans de Courbet, agnès b. se penche sur le cas des Meules de Monet tandis qu’Abd Al Malik nous fait découvrir une œuvre méconnue du peintre néo-impressionniste Maximilien Luce : Usines près de Charleroi.

Tissot et Chauveau : en attendant le retour des expositions 

Un documentaire pour découvrir James Tissot

En attendant la réouverture de l’exposition « James Tissot (1836-1902), l’ambigu moderne » (prévu du 24 mars au 19 juillet 2020 au musée d’Orsay), vous pouvez (re)découvrir l’artiste et ses œuvres grâce au documentaire d’Arte James Tissot, l’étoffe d’un peintre. Diffusé le dimanche 5 avril sur Arte à 17h55, le documentaire est disponible en ligne sur Arte TV jusqu’au 3 juin 2020, de quoi prendre le temps en famille ou seul de découvrir toute la magie des peintures de cet artiste inclassable.

Les monstres de Léopold Chauveau en version animé

L’exposition « Au pays des monstres. Léopold Chauveau (1870-1940) », qui a du fermer ses portes après trois jours d’ouverture, devrait être prolongée jusqu’au 19 juillet 2020 une fois la crise sanitaire terminée. En attendant, le public peut tout de même découvrir l’oeuvre fascinante de Chauveau à travers de courts films inspirés de son univers. Fruit du partenariat entre le musée d’Orsay et les Gobelins – l’École de l’image, cette série de vidéos a été réalisée par des étudiants de première année en motion design. Leur objectif était de créer un film d’animation, d’une minute maximum, à partir de leur interprétation des œuvres de Chauveau, de ses paysages monstrueux et de l’histoire « Le Bouffon Babriot ». Trente films d’animation à découvrir  pour le plus grand plaisir des yeux !

De la gare au musée : une exposition virtuelle

Sur le site du musée d’Orsay, une exposition virtuelle retrace toutes les étapes pour comprendre l’histoire du bâtiment qui abrite aujourd’hui l’institution. Parcourez l’histoire de ce grand monument parisien, depuis sa création par Victor Laloux, chargé de concevoir une nouvelle gare ferroviaire pour acheminer les voyageurs du réseau Sud-Ouest jusqu’aux principaux sites de l’Exposition universelle de 1900 jusqu’à sa reconversion en musée destiné à abriter les chefs-d’œuvre de l’art de 1848 à 1914.

Carte postale représentant la gare d'Orsay avant 1908. Wikimedia Commons

Carte postale représentant la gare d’Orsay avant 1908. Wikimedia Commons

Les Nymphéas de Monet chez soi

Comme le musée des impressionnistes de Giverny, le musée de l’Orangerie a collaboré avec Google Arts & Culture pour offrir la possibilité aux internautes d’accéder depuis chez soi aux collections permanentes du musée, n’importe où dans le monde. Par ailleurs, la plateforme propose de visiter virtuellement les deux salles ovales des Nymphéas, une œuvre magistrale conçue par Claude Monet entre 1915 et 1926 à Giverny. Une immersion totale dans ces nymphéas puisque la plateforme permet à l’internaute de s’immerger grâce à la fonction du zoom dans l’ensemble des huit peintures monumentales de Monet. S’évader dans les couleurs des compositions depuis chez soi, le temps de patienter pour les retrouver au musée.

Les Nymphéas de Claude Monet, salle 1 Musée de l’Orangerie Photo © Musée de l’Orangerie, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy Boegly

Les Nymphéas de Claude Monet, salle 1 Musée de l’Orangerie Photo © Musée de l’Orangerie, Dist. RMN-Grand Palais / Sophie Crépy Boegly

De riches contenus pour les enfants

Un site Web commun : Les Petits M’O

Les musées d’Orsay et de l’Orangerie ont lancé au début de l’année 2019 leur site spécialisé pour les enfants : Les Petits M’O. Disponible sur ordinateur, tablette et smartphone, il propose de nombreuses ressources pensées et adaptées pour le jeune public. Avec l’aide des deux mascottes de la plateforme, l’ours Pompon pour le musée d’Orsay et Lily la grenouille pour l’Orangerie, les enfants peuvent découvrir des artistes et des œuvres des collections des deux musées, avec une explication très concise à chaque fois. Une frise chronologique, des podcasts, une gazette et bien d’autres contenus sont disponibles pour permettre aux plus jeunes de s’initier à l’histoire de l’art et pourquoi pas se découvrir une nouvelle passion…

Des contenus variés et pédagogiques sir le site Les Petits M'O ©Agence Inconito

Des contenus variés et pédagogiques sir le site Les Petits M’O ©Agence Inconito

Podcast : les monstres de Claude Ponti

Pour l’exposition « Au pays des monstres. Léopold Chauveau (1870-1940) », le musée d’Orsay a collaboré avec l’écrivain et illustrateur Claude Ponti qui a imaginé cinq histoires d’après cinq sculptures de l’artiste. Accessibles sous forme de podcasts, elles durent moins de dix minutes et racontent chacune l’histoire d’un monstre caractérisant un trait de caractère ou un sentiment.

Monstre, Léopold Chauveau ©Musée d'Orsay/P. Schmidt

Monstre, Léopold Chauveau ©Musée d’Orsay/P. Schmidt

D’autres podcasts sont disponibles sur le site Les Petits M’O, en effet Les Promenades imaginaires sont écrites par Béatrice Fontanel qui a choisi des chefs-d’œuvre de la collection permanente du musée d’Orsay afin de s’en inspirer pour créer 13 histoires, autour des figures de Berthe Morisot et Edgar Degas.
Ces podcasts jeunesse, lancés en début d’année dernière connaissent un nombre d’écoute en hausse exponentielle : 230 000 écoutes dont 130 000 entre le 18 et le 25 mars. Le confinement laisse le temps aux plus jeunes de découvrir des histoires enivrantes, de quoi appréhender l’art et les faire rêver…

1 minute au musée d’Orsay pour les enfants

Les œuvres du musée d’Orsay à découvrir en 1 minute ? C’est possible avec ce projet « 1 minute au musée » qui permet aux enfants de visionner de courtes vidéos en suivant les aventures de Raphaël, Mona et Nabi. Comme il le souhaite, l’enfant peut choisir une vidéo pour découvrir un artiste et son œuvre et grâce à ces trois héros. Il peut appréhender les collections du musée d’Orsay, et découvrir l’art de Gustav Klimt, Paul Sérusier, Camille Claudel, Paul Gauguin, Auguste Renoir et beaucoup d’autres artistes !

À suivre sur les réseaux sociaux

La culture pendant le confinement s’invite aussi sur les réseaux sociaux. Pendant cette période, le musée d’Orsay invite des artistes, écrivains à apporter leur regard sur les collections du musée avec le projet « Une semaine avec ». Chaque jour,  pendant une semaine, une personnalité propose un court texte sur une œuvre des collections qui la/le touche particulièrement. La semaine passée Julian Schnabel a ouvert le bal, cette semaine c’est au tour de Maylis de Kerangal et la semaine prochaine, Abd Al Malik poursuivra. Les posts sont à retrouver sur le Twitter et la page Facebook du musée d’Orsay.

Le musée d’Orsay propose aussi sur son compte Instagram de découvrir chaque lundi un dessin inédit de l’illustrateur Jean-Philippe Delhomme, en résidence « virtuelle » sur le compte du musée depuis le 6 janvier. Ce dernier imagine la vie des artistes représentés dans les collections de l’institution à notre époque. Que feraient ces artistes de la seconde moitié du XIXe et du début XXe s’ils avaient Instagram ? Que publieraient-ils ? Quels commentaires feraient-ils ? Comment présenteraient-ils leurs œuvres ? Jean-Philippe Delhomme nous invite à découvrir autrement les personnalités de ces artistes.

View this post on Instagram

Le dessin de la semaine par @jeanphilippedelhomme: 💬Aimé par whistler et 871 autres personnes fantin_latour: J’ai toujours une pile de livres pour mes modèles. . This week post by @jeanphilippedelhomme: 💬Liked by whistler and 871 others fantin_latour: I always have a stack of books for my sitters. . #jeanphilippedelhomme #museeorsay #orsaymuseum #museedorsay #dessin #artistsinstagram #laliseuse #thereader . En 2020, le musée d’Orsay accueille Jean-Philippe Delhomme en résidence sur son compte Instagram. Un rendez-vous hebdomadaire mettant en images la vie du musée et les artistes de sa collection. . In 2020, the Musée d’Orsay welcomes Jean-Philippe Delhomme in residence on Instagram for a weekly encounter with the life of the museum and its artists.

A post shared by Musée d’Orsay (@museeorsay) on

Le musée d’Orsay propose aussi une opération « un paysage d’Orsay chaque jour », l’occasion de découvrir via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) une œuvre d’un artiste représentant un paysage. Pour chaque paysage publié, des informations sur l’œuvre sont disponibles. Un bon moyen de s’octroyer une pause culture entre les publications.

View this post on Instagram

Durant le confinement, un paysage d’Orsay chaque jour. Aujourd’hui, “La Symphonie pastorale” (entre 1916 et 1920) de Pierre Bonnard. . Ce tableau faisait partie du décor de l’hôtel particulier parisien des frères Bernheim, les marchands de Bonnard depuis 1906. Avec “La Symphonie pastorale”, Bonnard semble répondre aux mots de son ami Vuillard : “Âge d’or, clarté, gaieté”. S’inspirant des environs de Vernon en Normandie, il célèbre en de lumineux et éclatants coloris une pastorale, où l’homme vit en harmonie avec une nature généreuse, livrant ses fruits sans efforts : une femme trait une vache, tandis qu’un homme mène un cheval. Des jeunes femmes, telles des nymphes, et des enfants nus jouant ajoutent à la sérénité et à l’innocence de la scène. Le paysage est verdoyant et le ciel teinté de couleurs vibrantes et saturées. “La Symphonie pastorale” peut être vue comme une somme des recherches commencées par Bonnard au début des années 1910, s’inscrivant dans un sentiment classique et dans l’invention d’une nouvelle Arcadie, aspiration partagée alors par d’autres comme Matisse. . During the lockdown, a landscape from Orsay every day. Today, “The Pastoral Symphony” (between 1916 and 1920) by Pierre Bonnard. . With other panels, this painting decorated the parisian mansion of the Bernheim brothers, Bonnard’s dealers. With “The Pastoral Symphony” Bonnard seems to bring an answer to something his friend Vuillard said: “Golden age, brightness, gaiety”. Inspired by the countryside in Normandy, he uses luminous colors to celebrate a pastoral scene in which man lives in harmony with a generous nature, effortlessly delivering its fruits. A woman milks a cow, while a man leads a horse. Some young, nymph-like women and naked children playing add to the serenity and innocence of the scene. The lanscape is verdant and the sky full of vibrant, saturated colors. “The Pastoral Symphony” can be viewed as the culmination of the direction that the painter embarked upon at the start of the 1910s, and shows his classical feeling working toward the invention of a new Arcadia, an aspiration then shared by others as Matisse. . #museedorsay #museeorsay #culturecheznous @culture_gouv

A post shared by Musée d’Orsay (@museeorsay) on

En attendant la réouverture de ses collections en juin (fermées pour travaux depuis plusieurs mois), le musée de l’Orangerie, propose de revisiter sur les réseaux sociaux les nombreux chefs-d’œuvre qu’abritent ses murs.

Cet article #CultureChezNous Monet et Degas dans votre salon avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie est apparu en premier sur Connaissance des Arts.

Source : https://www.connaissancedesarts.com/peinture-et-sculpture/culturecheznous-monet-et-degas-dans-votre-salon-avec-les-musees-dorsay-et-de-lorangerie-11137003/